À la Une
Pour 2021, la revalorisation du SMIC est limitée à l'augmentation automatique, sans coup de pouce, conformément aux préconisations du comité d'experts et à l'annonce du Premier ministre. La nouvelle valorisation du SMIC vient d’être confirmée par le porte-parole du Gouvernement, à la sortie du Conseil des ministres, puis par un décret paru le 17 décembre 2020.

Nouvelle valorisation du SMIC pour 2021

Chaque année, le SMIC est revalorisé au 1er janvier, en application des dispositions légales. Pour 2021, les experts ont préconisé au gouvernement de s’abstenir du « coup de pouce » parfois donné en complément, ce que le Premier ministre avait par ailleurs confirmé dans l’une de ses interventions.  La nouvelle valorisation du SMIC vient d’être confirmée par le porte-parole du Gouvernement, à la sortie du Conseil des ministres, puis par un décret paru le 17 décembre 2020.

Revalorisation du SMIC 2021 de 0,99 %

C’est le taux d’augmentation de la valeur du SMIC pour 2021, ce qui correspond à l’estimation annoncée par le Premier ministre, qui indiquait une augmentation située entre 1% et 1,2%. Cette hausse a depuis été confirmée par un décret publié au Journal officiel du 17 décembre 2020.

Le Gouvernement a ainsi suivi les préconisations du groupe d’experts chargé des orientations données au Gouvernement sur le salaire minimum interprofessionnel de croissance (SMIC). Ces derniers avaient remis leur rapport annuel à la ministre du travail, Élisabeth Borne, le mardi 1er décembre 2020, dans lequel ils recommandaient de s’en tenir à la revalorisation automatique.

SMIC 2021 : les nouveaux chiffres à connaître

Avec une augmentation à 0,99%, le montant du SMIC 2020 s’élèvera donc à compter du 1er janvier 2021 à 10,25 € bruts de l’heure (contre 10,15€ bruts en 2020), soit 1 554,58 € bruts mensuel (contre 1 539,42 € bruts mensuel en 2020) sur la base de la durée légale de 35 heures hebdomadaires, soit une augmentation brute de 15,16 euros.

SMIC et Minimum Garanti applicables au 1er janvier 2021

SMIC horaire brut

 10,25 €

SMIC mensuel brut

 1554,58 €
(base de 35 heures hebdomadaires)

Minimum Garanti (MG)

 3,68 €

SMIC annuel brut

 18.654 €
(base de 35 heures hebdomadaires)

À partir du 1er janvier 2021, un salarié au SMIC travaillant 39 heures par semaine (soit 169 heures par mois) touchera un salaire de 1 776,58 € bruts par mois.

Bon à savoir :

Il est possible d’appliquer une autre formule pour calculer le SMIC, qui consiste à arrondir la durée mensuelle du travail. Celle-ci aboutit à un résultat légèrement différent, de 10,25 x 151,67 = 1554,62 € bruts mensuels.

A partir du 1er janvier 2021, aucun salarié travaillant à temps plein ne devra percevoir un salaire inférieur à ce montant revalorisé, sauf cas particulier. Au cas où, suite à l’augmentation du SMIC, certains salariés perçoivent un salaire inférieur, leur taux horaire devra être modifié.

Comment s’assurer de la bonne application du SMIC ?

Pour déterminer si un salarié reçoit bien un salaire au moins égal au SMIC 2021, le calcul doit prendre en compte le salaire de base additionné des compléments de rémunération éventuellement versés en contrepartie du temps de travail effectif.

Sont notamment concernés :

  • les avantages en nature ;
  • les primes directement liées à l’activité du salarié : primes de rendement ou de productivité, de performances, sur chiffre d’affaires, etc.

Attention, les primes qui ne rémunèrent pas directement le travail ne doivent pas être prises en compte pour vérifier l’application du SMIC (par exemple : prime d’ancienneté, d’assiduité, de salissure, remboursement de frais, gratifications bénévoles, etc.).

La jurisprudence de la Cour de cassation concernant le salaire minimum précise en outre que les éléments de rémunération suivants n’entrent pas dans le calcul du SMIC :

  • la rémunération des temps de pause
  • la prime de pause
  • la prime d’entretien de la tenue de travail

Ne s’appliquent pas non plus les grilles de salaires conventionnelles inférieures au SMIC.

A noter : Les primes et gratifications payées à certaines périodes de l’année (prime de vacances ou prime de 13e mois) sont uniquement prises en compte sur le mois de leur versement, sans compensation possible d’un mois sur l’autre. Il n’est pas possible de modifier la fréquence de leur versement en fractionnant leur montant dans le but de porter la rémunération mensuelle au niveau du SMIC, sauf si un accord collectif le prévoit.

En cas d’application des minima conventionnels, les éléments de rémunération à prendre en compte sont généralement prévus par la convention collective. A défaut de précision, il faut y inclure l’ensemble des sommes perçues en contrepartie d’un travail effectif.

 

Source légale
Décret n° 2020-1598 du 16 décembre 2020 portant relèvement du salaire minimum de croissance, Jo du 17

 

Autre article susceptible de vous intéresser : Limitation des critères pour bénéficier de l’activité partielle pour les personnes vulnérables

 

Créez votre SIRH selon vos besoins avec l’assistance d’experts en paie et droit social

 

Nos offres vous intéressent ?

Vous souhaitez découvrir nos solutions ?

Demander une démo

Besoin d’un devis personnalisé ?

Estimez votre budget

Contactez-nous

Nous contacter

* Champs obligatoires